Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé Québec

Henriette Belley ou La folle coquetterie

Épigraphe Henriette Belley

Photo par Ariane Lapointe-Auger

Au détour d’une marche, je suis tombée sur cette épigraphe intriguante. De retour chez moi, à peine déchaussée, je m’empresse de googler cette cartomancienne-couturière. Henriette Belley est un personnage plus grand que nature. Du genre qui te fait croire que la réalité est devenue fiction le temps d’une existence, en l’occurrence la sienne. Je n’arrive pas à comprendre qu’on ne retrouve que très peu d’information sur cette femme.

Née à Québec en 1905, tout la prédestinait à une vie rangée. Mais elle en a décidé autrement. On la décrit comme une femme extravagante, colorée, une merveilleuse folle ! À 13 ans, travaillant dans un atelier de couture, elle se découvre une passion pour les vêtements. Elle se met à concevoir ses premiers costumes qu’elle porte au Carnaval.

Rapidement, elle se fabrique des costumes de plus en plus décalés. Elle les porte lors des premières de spectacle à Québec. Elle devient un incontournable de ces salles de spectacles. On dit que les artistes s’assuraient de sa présence avant de débuter. Son arrivée spectaculaire aurait déconcentré le public. Elle gagne sa vie en lisant l’avenir. Elle aurait même prédit sa propre mort à quelques jours près.

Henriette Belley en costume d'apparat

L’incomparable Henriette Belley via ville.quebec.qc.ca

Lecteur, considère ceci

Comme un plaidoyer :

Plus d’Henriette Belley,

Plus de douce folie.

Un hommage au faubourg,

Mon quartier bien-aimé

Qui est de bon secours

Pour les âmes éclatées.

En robe de velours

Ou en jeans troués

S’ils sont passionnés.

S’ils sont inspirés.

 

Cliquez ici pour plus de détails sur Mme Belley.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Écrire ou parler

J’ai longuement hésité avant de choisir de faire parler ceux qui font le quartier. Ça me plaît d’entendre des voix, de sentir le flot de la pensée, longue, hésitante. La passion du son de la voix et l’amour de l’émotion brute qui s’expriment librement.

Ni logique ni cohérence.

L’écriture est toujours nécessaire, alors voici la chose nommée.

Une série de billets.

Une série de pièces détachées, des photographies, des trames sonores, de la peinture, etc.

La source de ces billets?

Des vivants.

Ce sont des personnes qui vivent dans le quartier que j’ai rencontrées pour que le mystère qui plane, le silence des plaines et la vie de Montcalm vous soient révélés.

Ce sont aussi des arbres. Ce sont aussi des oiseaux. Ce sont aussi des paysages d’hiver.

Ce sont eux qui m’arrachent à la chaleur de mon atelier.

Une sportive au Musée

Anne-Marie Bouchard est titulaire d’un doctorat en histoire de l’art et de la culture visuelle de l’Université de Montréal. Chargée de cours à la même université depuis 2007, elle a également été boursière postdoctorale des gouvernements du Québec et du Canada. Elle est conservatrice de l’art moderne au MNBAQ et commissaire de l’exposition 1950. Le Québec de la photojournaliste américaine Lida Moser.

Anne-Marie Bouchard

Photo : aablacutt

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Merci à nos partenaires