Contactez-nous instagram twitter facebook courriel

Archives du mot-clé maison des jeunes

Le serpent de la MDJ

Ce soir, j’étais invitée à souper. Mes brownies sous le bras, je me suis présentée au 655, rue Saint-Gabriel. Dans la fenêtre, une affiche. « Passez par derrière. » J’adore les endroits où il nous faut entrer par la cour. L’impression d’avoir accès à un petit morceau d’intime, peut-être.

Toujours est-il que je suis entrée par la cour dans la Maison des Jeunes de Saint-Jean-Baptiste. Une maison sur trois étages qui existe depuis 38 ans, une des premières au Québec. À la maison des jeunes ce soir-là il y avait : une douzaine d’ados, quatre intervenants, une stagiaire, un chien Mira et un serpent.

Le serpent, il n’appartient pas à la maison des jeunes. C’est le serpent d’une ado qui a dû déménager chez son père. Elle n’a pas pu l’emporter. Alors, il est gardé ici et, à 18 ans, elle va revenir à Québec le chercher.

J’aurais pu choisir de te parler de ces jeunes-là qui aiment leur quartier, son animation, ses boutiques, sa diversité, sa culture. Qui trouvent qu’ils sont quand même chanceux de pouvoir se rendre chez leur amis ou à leur emploi à pied. Qui n’aiment pas les rues en pente, les trottoirs, le manque de stationnement et les épées de glace qui menacent à tout instant de tomber.

J’aurais pu choisir de te parler des intervenants qui se démènent pour faire vivre des activités trippantes à ces jeunes-là. Qui tentent de partager des valeurs de coopération et de respect.

Mais j’ai choisi de parler du serpent. Parce que cette histoire, je la trouve belle. On oublie souvent que Saint-Jean-Baptiste, c’est un quartier qui s’est bâti à coup de petites résistances, d’entraide et d’espoir. Des histoires comme celle du serpent, comme celle de l’îlot Berthelot, comme celle du Sommet des Amériques.

Et je pense sincèrement qu’au Québec, on devrait en tirer des leçons.

Share on FacebookTweet about this on Twitter

Merci à nos partenaires